Avez-vous vu l’annonce des rencontres communautaires Gabfest en décembre 2022 (en anglais) et vous demandez-vous de quoi il s’agit?

Pourquoi les rencontres Gabfests?

Nous entendons souvent dire que l’une des meilleures façons d’apprendre, c’est lors de discussions ponctuelles et informelles avec d’autres formateurs et formatrices. Nous avons ensuite entendu ceci :

CLN, un organisme de soutien à l’alphabétisation en Alberta, organise maintenant de simples « cafés communautaires » mensuels pour les formateurs et formatrices en alphabétisation. Une simple réunion en ligne, sans ordre du jour, où les intervenants peuvent discuter, se vider le cœur, faire des remue-méninges, etc. J’ai pensé vous le dire parce que, s’il y en avait en Ontario, j’y participerais certainement.

Et les rencontres Gabfests ont vu le jour.

Où en sommes-nous jusqu’à présent?

Nous avons tenu quatre rencontres Gabfests et en avons planifié deux autres. Au début, nous avons invité un petit groupe pour tester le format et la durée. Nous avons eu des conversations formidables et la réaction a été positive. Comme l’a dit un participant :

C’était intéressant de connaître les différentes expériences des intervenants en alphabétisation. C’était un environnement sûr et cordial pour parler de nos expériences avec les personnes apprenantes.

Pour 2023, nous nous sentions prêts à inviter tout le milieu de l’alphabétisation en Ontario. Nous avons reçu un bon nombre d’inscriptions. La participation réelle était faible, mais les discussions étaient franches, inspirantes et portaient à réfléchir. Un participant a dit :

Ce n’est pas du papotage (de l’anglais « gab »), ce sont des discussions sérieuses.

Qu’est-ce qui s’en vient? 

Nous aimerions beaucoup apprendre de vous et avec vous à l’occasion de la rencontre communautaire Gabfest de mars (en anglais) et entendre vos commentaires sur les prochaines étapes pour les rencontres Gabfests. 

De la numérisation de documents papier à la recherche de solutions de rechange électroniques existantes, en 2020, les formateurs et formatrices en alphabétisation des adultes ont fait des pieds et des mains pour rendre leurs manuels et outils d’enseignement accessibles en format numérique. Ce milieu qui dépend depuis longtemps des cahiers et des livres sur les étagères a eu de la difficulté à se prévaloir de ressources d’enseignement numériques de qualité, et l’équipe d’AlphaPlus a découvert l’ampleur du défi.

« Pendant la pandémie, nous avons remarqué que les formateurs et formatrices avaient de la difficulté à fournir du contenu et des ressources aux personnes apprenantes par voie électronique. En même temps, nous avons pris conscience du potentiel de tirer parti de la technologie pour offrir un accès plus équitable à des ressources gratuites et de qualité en littératie et en numératie », explique Christine Pinsent-Johnson, spécialiste des politiques et de la recherche en éducation et en technologie chez AlphaPlus. « Nous avons commencé à mettre à l’essai plusieurs solutions, y compris la création et l’organisation de ressources en ligne au moyen d’HyperDocs. Cependant, la réponse du milieu nous a indiqué que nous avions besoin d’une approche différente et plus collaborative. »

Le groupe de travail complète notre expertise en matière de recherche et de bibliothèque

Christine et sa collègue Guylaine Vinet, spécialiste du développement organisationnel en éducation et en technologie, ont commencé à explorer l’idée des ressources éducatives libres. Quoiqu’elles soient bien outillées pour constituer une bibliothèque numérique – Christine en tant que chercheuse et Guylaine en tant que bibliothécaire –, elles ont reconnu l’importance de former un groupe de travail pour façonner la portée, l’approche et le contenu de leur projet.

« Nous avons commencé par une idée de base, mais nous savions que nous avions besoin de conseils des utilisateurs au sujet de la viabilité du projet, des choix de formats, de l’organisation des documents, et de la pertinence et de l’utilité de ce que nous assemblions », déclare Guylaine. « Pour que les formateurs et formatrices utilisent la ressource, nous devions savoir ce qui fonctionne le mieux pour eux. »

Christine et Guylaine ont réuni un groupe de formateurs et formatrices de conseils scolaires et de groupes communautaires représentant les collectivités urbaines et rurales de la province. Les membres travaillaient dans des secteurs de programme allant du perfectionnement de la main-d’œuvre au milieu universitaire, avec divers groupes d’apprenants.

Le groupe de travail s’est réuni pour la première fois en mai 2022 et a commencé par élaborer un cadre de référence et les formats optimaux pour l’organisation et le partage des ressources, soit Google Drive et un microsite. En juin, le groupe a établi les critères des ressources à inclure. Par exemple, le matériel doit :

Après la définition de la portée et l’établissement d’un ensemble complet de paramètres, Christine et Guylaine ont commencé leurs recherches dans plus de 100 listes et collections du Canada, du Royaume-Uni et de l’Australie. Elles ont réuni des ressources qui répondaient aux critères et ont fait participer le groupe de travail à l’examen du contenu. Une participante au groupe de travail, Karin Meinzer, formatrice au West Centre de PTP Adult Learning and Employment Programs, fait le point sur son expérience :

« En tant que formatrice, je n’ai pas beaucoup d’occasions au quotidien de communiquer directement avec des collègues sur le terrain. J’aime toujours participer à des projets comme celui-ci parce qu’il m’expose à de nouvelles idées et à des choses qui se passent en dehors de ma petite sphère! »

Travailler en ligne m’a rendue hyperconsciente des limites du partage de documents publiés. Il est difficile de trouver de bons documents de sources ouvertes, et il est encore plus difficile de trouver le temps et les compétences nécessaires pour évaluer la convivialité du matériel. Je suis très heureuse que Guylaine et Christine évaluent les documents pour le milieu et les organisent de façon accessible. 

Karin Meinzer

Le prototype de bibliothèque de ressources éducatives libres est maintenant disponible

Le résultat des efforts du groupe de travail à ce jour n’est pas simplement une autre collection de liens de ressources, mais une collection entièrement vérifiée de cahiers d’exercices, de modules et d’activités qui portent sur un éventail complet de sujets d’enseignement. Un prototype de ressources en anglais est maintenant disponible pour les deux premiers des dix sujets répertoriés par le groupe de travail : (1) cahiers et modules d’enseignement de la lecture et (2) contenu de connaissances générales. Le prototype sera offert en anglais, mais des recherches sont en cours pour explorer la possibilité d’une option en français.

« Ce groupe de travail a créé une belle occasion pour des formateurs et formatrices de se réunir, de discuter entre eux au sujet d’un intérêt commun et de produire un ensemble de travaux. Tous les formateurs et formatrices de l’Ontario pourront bientôt avoir accès à une bibliothèque de ressources éducatives libres prêtes à être téléchargées, utilisées et enregistrées », déclare Christine. « Les commentaires du groupe de travail nous ont donné plus confiance dans le produit final, et le succès de cette expérience signifie que nous chercherons à former d’autres groupes de travail à l’avenir. »

Dites-nous ce que vous pensez de notre prototype de bibliothèque de ressources éducatives libres. Avez-vous des suggestions de ressources supplémentaires? Aimeriez-vous participer aux prochaines étapes à titre de formateur-conseil ou formatrice-conseil? Communiquez avec nous.